Après plus de deux ans de voyage autour du monde, il est temps de faire une petite introspection. Cette année, je me suis promise de prendre des résolutions raisonnables, réfléchies, qui me mettent au défi, sans trop chambouler mon quotidien. Des résolutions qui vont me permettre d’être une meilleure voyageuse, et inversement proportionnel, une meilleure personne.Les deux dernières années de voyage ont été pour moi une véritable leçon de vie, une leçon qu’on n’apprend pas sur un banc d’école, derrière un bureau ou à la maison. Mon regard sur le monde a changé. Mes relations avec les gens ont évolué. Mes appréhensions et ma peur de l’inconnu ont disparu. Mon rapport avec l’argent et les chose matériel a été totalement bouleversé. Ce tour du monde m’a permis de prendre beaucoup de recul et faire un retour à l’essentiel, ce qui me ramène à ces 10 nouvelles résolutions pour une nouvelle vie. Vous pouvez en adopter quelques-unes aussi, mais attention, vous courez le risque de vous sentir beaucoup mieux dans votre vie !

 

#1 Je vais lâcher prise

On entend cette phrase à répétition, à outrance même, au point de devenir un cliché : « Il faut lâcher prise. » Nous aimons tous, à différents degrés, avoir le contrôle, que ce soit sur notre vie personnelle, notre travail, nos émotions ou même sur les autres, leurs actions, leurs perceptions, leurs sentiments. Nous aimerions bien parfois avoir le contrôle sur des événements qui, justement, sont hors de notre contrôle. Lorsque nous réalisons que nous ne pouvons changer ni les événements, ni les autres, et que nous pouvons seulement changer notre façon de les percevoir et notre façon d’y réagir, on peut à ce moment là parler de lâcher prise. Si tout le monde pouvait réellement lâcher prise, le mot « stress » n’existerait pas. Pour une perfectionniste et une maniaque du contrôle comme moi, me demander de lâcher prise relève presque de l’impossible. Mais la dernière année en voyage, j’ai réalisé l’ampleur de mon besoin de contrôle, et toute la perte d’énergie et de bien-être que mon acharnement engendre chez moi et autour de moi. C’est une première étape. Cette année, mon but sera de développer ma capacité à lâcher prise, faire confiance, tourner la page, accepter de laisser aller un certain contrôle et tout simplement faire confiance à l’univers, car l’univers m’a toujours bien guidé dans mes choix.

thailand-pai-xhale-yoga-09944

#2 Je vais vivre pleinement le moment présent

Vous ne trouvez pas qu’on vit beaucoup plus dans le passé et dans le futur que dans le présent? On regrette le bon vieux temps. On rêve du weekend. On planifie les prochaines vacances alors qu’on est en vacances. On redoute la vaisselle en faisant à manger. On déteste les dimanches parce que c’est bientôt lundi. On part en voyage en angoissant sur le retour. On pense toujours à l’avant et à l’après au lieu de vivre le moment. Nous sommes souvent en train de nous remémorer ou de regretter le passé, en attente ou en planification d’un moment futur meilleur que le présent. C’était mieux avant, ce sera mieux après (on l’espère). Pourquoi le présent n’est-il jamais satisfaisant ? Pourquoi avons nous cette envie pesante de contrôler l’avenir ? « La vie, c’est ce qui vous arrive pendant que vous êtes en train de faire d’autres projets », avait si bien dit John Lennon. Cette quête, celle de saisir, de vivre l’instant présent, et la difficulté de l’accomplir a été abordée par de nombreux philosophes à travers le temps. C’est prouvé: Vivre dans le présent et prendre le temps de le ressentir est l’essence même du bonheur. Alors cette année, je vais essayer de vivre le moment présent pleinement sans angoisser sur les expériences passées ou sur ce que me réserve le futur.

india-varanasi-gange-02027

#3 Je vais me déconnecter pour me reconnecter

Notre génération voit le monde à travers un écran, et ça ne fait qu’empirer. On se rappelle tous de cette photo virale qui a fait le tour du net où ou pouvait voir une vieille dame souriante qui était la seule à vivre et à apprécier un moment spécial alors que tout le reste de la foule brandissaient leurs téléphones et caméras pour enregistrer l’évènement sans se rendre compte qu’ils sont en train de le manquer. En se déconnectant pour savourer le moment présent, on se bâtit des souvenirs heureux, issus de nos sens. On les appelle les « mémoires chaudes, » des souvenirs indélébiles qui restent gravées dans le coeur et qui nous réconfortent en temps voulu dans le futur, en parallèle aux « mémoires froides, » qui sont plus cérébrales. Lorsqu’on parle de dépendance à la technologie et d’addiction aux réseaux sociaux, je répond « Coupable ». Après tout, c’est mon métier. Mais cette année, je promet de lever les yeux, de respirer profondément, et de profiter de tout ce qui se passe autour de moi, pas juste à travers mon téléphone, l’écran de mon ordi ou l’objectif de ma caméra. Je sens que cette résolution va être dure à tenir hi hi…

senior-woman-living-in-moment-no-smartphone-celebrities-movie-premiere-black-mass-2

#4 Je vais arrêter de râler, consciemment

Mais qu’est ce qu’on est râleurs ! Dans ce monde capitaliste consumériste, nous sommes prisonniers d’un cercle vicieux nous poussant à exiger toujours plus, toujours mieux sans jamais s’ancrer dans le présent et prendre le temps d’apprécier et d’être reconnaissant de ce qu’on a déjà. « Bigger, faster, stronger, more, more, more, » notre génération est toujours en compétition en quête de perfection. Depuis que je voyage, je me rend compte que ce ne sont pas les biens matériels qui font le bonheur des uns ou le malheur des autres. Je me rappellerais toujours des sourires bienveillants et de la générosité de certains peuples qui n’ont rien (selon nos standards) mais qui ont tout en même temps. Il y a des expériences humaines en voyage qui m’ont profondément bouleversées. Je me rend compte que nous sommes tellement plus privilégiés en termes de confort, de sécurité, d’éducation mais l’on se terre dans une certaine complaisance malsaine en en redemandant toujours plus, plus vite. Tout nous est dû. Nous sommes une génération d’assistés. Nous avons tout ce qu’il nous faut et bien plus, et toutes les raisons d’être heureux, mais on l’oublie et on se lamente. Cette année, je vais consciemment faire l’effort tous les jours de me rappeler de la chance que j’ai de vivre libre, de respirer de l’air pur, d’être en santé, d’avoir des gens qui m’aiment même lorsqu’ils sont loins. Je vais prendre un moment tous les jours pour apprécier toutes les petites choses que je prend pour acquis, qui se trouvent être des denrées rares, des trésors qu’on s’arrache ailleurs dans le monde. Je vais arrêter de râler, consciemment.

india-varanasi-gange-01967

#5 Je vais ralentir la cadence

On le sait tous: Nous vivons dans une époque où tout se passe en accéléré. Tout le monde est à la course contre la montre, en compétition avec les autres et avec soi même. Dans ce monde effréné, même lorsqu’on prend des vacances, on poursuit la course, et on a tendance à vouloir trop en faire en peu de temps. J’étais dans ce même engrenage lorsque je travaillais comme une dingue et qu’il me tardait juste de prendre mes 2-3 semaines de vacances annuelles ou mes weekends. « La vie est un long weekend, » c’est ce qu’on ne cessait de me répéter sur les îles du Pacifique. La bas, personne ne court pour rattraper un bus. Si quelque chose ne se fait pas aujourd’hui, elle se fera demain. Le temps est relatif. C’est si simple à comprendre et si difficile à absorber en même temps. Il est nécessaire pour nous tous de réapprendre à ralentir pour prendre le temps de nous reconnecter à la sensation de plaisir. Le plaisir est une expérience sensorielle: la contemplation d’un beau paysage, la lecture d’un bon livre, la dégustation d’un bon met, un réconfort après l’effort… Alors cette année, je vais d’autant plus ralentir mon rythme de vie, je vais manger lentement, je vais prendre le temps de méditer et de parler aux gens dans la rue, et je vais marcher au lieu de courir (au risque de rater un vol). 

myanmar-nyaung-shwe-inle-lake-08382

#6 Je vais arrêter de porter des jugements trop hâtifs

Ça vous est déjà arrivé de débarquer dans un pays et de vous surprendre à juger tout ce qui se passe autour de vous de manière hautaine ? Pourquoi il y a tant de chiens errants ? Pourquoi les gens nous dévisagent ? Pourquoi ils idolâtrent des statues ? Pourquoi les bus sont toujours en retard ? Pourquoi ils crient ? Pourquoi ils jettent des ordures de la fenêtre ? Ils sont tellement pas propres. Ils n’ont aucun sens des affaires et du service à la clientèle. Ils n’ont pas de coeur. Ils sont malpolis. Ils sont filous. On fait ça autant chez nous qu’ailleurs. On juge. On compare. On se compare. C’est la nature humaine. D’autant plus que lorsqu’on grandit dans cette société carré réglementée en quête de perfection, aveuglés par des préjugés et des stéréotypes, nous devenons des jugeurs compulsifs. Dans notre société « moderne », Nous sommes conditionnés à critiquer systématiquement avant de comprendre le pourquoi du comment. Or, la critique prématurée tombe comme une sentence qui empêche toute découverte : l’ayant assénée, on se ferme à de nouvelles idées, de nouvelles expériences. Personne n’a la vérité absolue, la formule secrète du bonheur, sinon la vie serait bien ennuyante. Cette année, plutôt que de prononcer trop vite un verdict face à une situation qui me sort de ma zone de confort, je vais apprendre à être patiente, tolérante et empathique envers les autres, respectueuse de leurs différences et de leurs façon de faire, même lorsque je n’y adhère pas.

india-udaipur-01593

#7 Je vais me réveiller tôt

Plus question de « snoozer » le réveil. Cette année, je me réveille tôt. Parce que les levers de soleil sont trop beaux. Parce que la journée est plus longue et qu’on peut prendre le temps de la vivre. Parce qu’on a une très bonne excuse de boire du bon café vendu trop cher. Parce qu’il n’y a pas de traffic et pas de longues files d’attente. Mais surtout parce qu’il est prouvé que se réveiller tôt, c’est un anti-stress et un antidépresseur du tonnerre! Personnellement, ce qui me fatigue dans une journée, ce n’est souvent pas ce que je fais, mais tout ce que je n’ai pas eu le temps de faire. Le stress d’être en retard, l’angoisse des tâches inachevées, le temps qui selon ma perception passe trop vite. En fait, il ne passe pas si vite que ça lorsqu’on se réveille tôt. Évidemment, ça veut aussi dire dormir plus tôt. « Plus on est en phase avec son environnement, l’alternance du jour et de la nuit, plus on est en forme mentalement et physiquement, » Dr. Sylvie Royant-Parola, présidente du réseau de spécialistes du sommeil Morphée.

nepal-annapurna-circuit-08590

#8 Je vais prendre du temps pour moi

Avec Mike, nous voyageons en couple depuis avril 2014, et nous sommes presque 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ensemble, à parfois se marcher sur les pieds et se tapper sur les nerfs, c’est inévitable. On se rend compte que nous avons chacun besoin d’un espace privé vital pour respirer. Notre situation est particulière on s’entend, mais le constat n’en reste pas moins universel. La plupart des gens ne prennent pas suffisamment de temps pour eux: On ne parle pas du temps « seul » avec le conjoint, les enfants, la famille ou les amis. Du temps seul, solo, en solitaire avec soi-même pour s’écouter réfléchir, ou faire le vide. Difficile (impossible) à faire diraient certains lorsqu’on est parents avec un boulot à temps plein, une maison à entretenir etc. Comment faire pour prendre du temps pour soi ? C’est simple: On décide de le prendre et on le prend, un point c’est tout. Il n’y a pas de raisons de culpabiliser. Ce n’est pas un geste égoïste, bien au contraire. Les psychologues s’accordent sur l’importance de s’autoriser à prendre du temps pour soi afin de garder un certain équilibre mental, et pour être plus présent ensuite pour les autres. Alors cette année, je vais grignoter du temps pour moi dans mon agenda (même s’il est déjà trop plein), et je vais m’y tenir.

nepal-annapurna-circuit-08078

#9 Je vais mieux entretenir mes relations avec les autres

Vous ne trouvez pas que plus on vieillit, et plus il est difficile de bâtir de nouvelles relations sincères et durables ou d’entretenir d’anciennes relations ? Tout le monde semble trop occupé à vivre sa vie, et les contacts se limitent souvent à quelques interactions sur les réseaux sociaux, quelques coups de fils sporadiques, ou peut-être un rassemblement ou deux lors d’occasions spéciales. C’est d’autant plus difficile pour nous qui sommes souvent à l’autre bout du monde loins de tous les êtres chers. On s’est souvent sentis coupables de rater des évènements importants dans la vie de nos amis et de notre famille: Des mariages, des naissances, des anniversaire, et des moments plus éprouvants pendant lesquels ils avaient besoin de notre support. J’ai compris en voyage la vraie valeur de la famille. Cette année, je vais faire l’effort d’aller vers les autres, m’investir plus dans la vie des gens qui me sont chers, et renforcer les relations qui me font du bien.

nepal-annapurna-circuit-07866

#10 Je vais voyager de manière éthique et responsable

Souvent le voyage est perçu comme une façon de collectionner des expériences exotiques: La photo sur un transat dans une plage au sable blanc et à l’eau turquoise, la photo du câlin avec un tigre blanc ou du safari à dos d’éléphant, les selfies devant les monuments historiques. Or, plus on voyage et plus nous sommes soucieux de l’impact économique, social et environnemental du tourisme sur les communautés locales. Cette année, je vais privilégier d’autant plus les expériences communautaires, je vais choisir les séjours chez l’habitant au lieu des grandes chaînes hôtelières, je vais dénoncer et consciemment boycotter les agences qui exploitent les gens ou qui maltraitent les animaux, et je vais encourager toutes formes de tourisme respectueuses de l’environnement et soucieuses du bien être des populations hôtes. Je veux redonner des petits bouts de ce que le monde m’a offert. Parce que nous ne sommes qu’un, une seule énergie, une seule conscience collective. Ce sera ma minuscule petite contribution pour préserver ce qu’on a de plus beau dans ce monde. 

vanuatu-tanna-yakel-tribe-06562